Huit heures ne font pas un jour

septembre 2021
Théâtre
Durée 3h15 avec entracte
Grande salle Vitez
À partir de
septembre 2021
Théâtre
Durée 3h15 avec entracte
Grande salle Vitez

• 28 septembre-9 octobre 2022 (Théâtre Gérard Philippe – CDN de Saint-Denis)

• 14 octobre 2022 (EMC91-Espace Marcel Carné, Saint-Michel-sur-Orge)

• 19-21 octobre 2022 (Domaine d’O, Montpellier)

• 8-11 novembre 2022 (Théâtre national de Bordeaux en Aquitaine)

• 17-18 novembre 2022 (Théâtre Edwige Feuillère – Scène conventionnée de Vesoul)

• 1er-2 décembre 2022 (Théâtre de Lorient)

• 13-14 décembre 2022 (La Rose des Vents – Scène nationale de Lille Métropole - Villeneuve d’Ascq)

De Rainer Werner Fassbinder Épisodes 1 à 5
Mise en scène Julie Deliquet

Mamie Louise, il ne faut pas trop la chercher. Elle et sa tribu joyeuse, personnages d’une série populaire des années soixante-dix conçue comme une critique sociale, reprennent vie grâce à l’énergie vivifiante d’un très grand collectif d’acteur·rices.
Coproduction

À Cologne, les Krüger-Epp, famille typique de la classe ouvrière, se réunissent pour fêter les soixante ans de la grand-mère. Veuve rebelle, elle vit chez sa fille, son gendre et son petit-fils Jochen. À l’aube de l’âge adulte, celui-ci croise la route de Marion, journaliste. Entre eux démarre une grande et belle histoire d’amour.
Julie Deliquet remet sur le métier une mini-série printanière, fraîche, remplie d’espoir, réalisée par Fassbinder au début des années soixante-dix. On y retrouve les thèmes chers
au réalisateur allemand : l’esprit libertaire, le mépris de classe, les luttes sociales, le racisme. Mais ce soap opera prolétaire, inédit en France, revêt une tonalité surprenante : en adoptant les codes de la comédie familiale, il donne à voir un clan fantasque et subversif, plein de ressources, nouant des solidarités victorieuses imprégnées des utopies soixantehuitardes. Cogestion, union libre et émancipation féminine sont autant de possibles à explorer.
Dans un décor de salle à manger et de cantine d’usine, aux côtés d’Évelyne Didi, magistrale matriarche, la troupe de trois générations d’acteur·rices déploie une magnifique galerie de personnages. Reprenant l’univers, les codes vestimentaires, et la bande-son de l’époque, la mise en scène combine critique sociale et vrai divertissement populaire. À la gloire des lendemains qui chantent.

Avec
Lina Alsayed
Julie André
Éric Charon
Évelyne Didi
Christian Drillaud
Olivier Faliez
Ambre Febvre
Zakariya Gouram
Brahim Koutari
Agnès Ramy
David Seigneur
Mikaël Treguer
Hélène Viviès

Traduction Laurent Muhleisen
Collaboration artistique Pascale Fournier, Richard Sandra
Version scénique Julie André, Julie Deliquet, Florence Seyvos
Scénographie Julie Deliquet, Zoé Pautet
Lumière Vyara Stefanova
Son Pierre De Cintaz
Costumes Julie Scobeltzine
Coiffures, perruques Judith Scotto
Régie générale Léo Rossi-Roth
Régie lumière Sharron Printz
Régie plateau Bertrand Sombsthay
Régie accessoires Juliette Mougel
Habillage Ornella Voltolini

Production Théâtre Gérard Philipe – CDN de Saint-Denis
Coproduction Théâtre national de Bordeaux en Aquitaine ; La Comédie – CDN de Reims ; La Coursive – Scène nationale de La Rochelle ; Théâtre Joliette – Scène conventionnée de Marseille
Avec le soutien de l’école de la Comédie de Saint-Étienne / DIÈSE # Auvergne-Rhône-Alpes

Le décor a été réalisé dans les ateliers du Théâtre Gérard Philipe, centre dramatique national de Saint-Denis, sous la direction de François Sallé

Les œuvres de Rainer Werner Fassbinder sont représentées par L’ARCHE – agence théâtrale. L’intégralité des huit épisodes de l’œuvre Huit heures ne font pas un jour est publiée par L’ARCHE Éditeur, www.arche-editeur.com © L’Arche, 2021.