Insertion professionnelle

Fonds d’insertion

Financé par la Région Nouvelle-Aquitaine et la DRAC Nouvelle-Aquitaine, le fonds d’insertion professionnelle de l’éstba accompagne les anciens élèves de l’École depuis la sortie de la première promotion en 2010.

Il permet les premiers pas des jeunes diplômé·e·s de l’éstba et favorise leur insertion professionnelle jusqu’à trois ans après leur sortie de l’École. Ce fonds contribue à renforcer le potentiel artistique d’équipes de création régionales, nationales et internationales et participe ainsi à l’émergence de nouvelles propositions artistiques.

Aide spécifique à l’emploi, il peut être sollicité par les compagnies ou structures de production et attribué par une commission interne qui se réunit deux fois par an.
Placé sous la responsabilité de l’éstba, ce système est conçu et mis en œuvre par une commission composée de représentants de l’École, de la Région Nouvelle-Aquitaine, de la DRAC Nouvelle-Aquitaine et de l’OARA-Office artistique de la Région Nouvelle-Aquitaine.

L’éstba peut organiser et accueillir des rencontres-auditions dans ses locaux et mettre en relation les équipes artistiques avec les comédien·ne·s de l’École.
 

Les comédien·ne·s concerné·e·s (Promotion 5) :

Claire-Aurore Bartolo, Mathéo Chalvignac, Margot Delabouglise, Matéo Droillard, Floriane Fontan, Margaux Genaix, Barthélémy Maymat- Pellicane, Balthazar Monge, Danaé Monnot, Cesare Moretti, Ariane Pelluet, Simon Royer, Léa Sarlet, Max Unbekandt
 

Contacts fonds d'insertion

Soline Deplanche
Coordinatrice et responsable administrative
+33 5 56 33 36 76 / +33 7 56 97 06 70
et
Clémence Cosset
Chargée d'administration
+33 5 56 33 36 65

 

> La·le professionnel·le du spectacle vivant qui réalise un projet comprenant un ou plusieurs comédien·ne·s issu·e·s de l’éstba doit adresser une demande écrite à l’École accompagnée d’un dossier complet, au moins 6 mois avant la création, comprenant :

  • le projet artistique et dramaturgique
  • l’indication des rôles réservés au(x) comédien·n·e·(s) de l’éstba
  • le curriculum vitæ du/de la metteur·se en scène
  • un calendrier des répétitions et des représentations
  • un minimum de plusieurs représentations requis
  • un budget prévisionnel faisant apparaître le financement de l’ensemble des salaires
  • les partenariats mobilisés

> La prise en charge maximum par l’éstba est équivalente à trois mois de salaires bruts, répétitions et représentations comprises, calculés selon les minima conventionnels de la Convention Collective Nationale des Entreprises Artistiques et Culturelles (dite Syndeac), soit 7034,94 € par artiste.

> La·le porteur·se de projet devra verser à chacun·e des comédien·ne·s bénéficiant de cette aide, un salaire mensuel au moins égal à l’aide accordée par l’éstba.

> Le·la producteur·rice du spectacle reste l'employeur de l'artiste, et devra à ce titre respecter les obligations légales et conventionnelles qui lui incombent. Il·elle devra en particulier verser une rémunération au moins égale aux minimas conventionnels de la Convention Collective Nationale des Entreprises Artistiques et Culturelles (dite Syndeac), et s’acquitter des cotisations patronales.

> L’aide attribuée fait l’objet d’une convention signée entre l’éstba et l’employeur. Elle est versée sur présentation des copies de contrats de travail et des bulletins de paie.

> Chaque projet soutenu doit insérer sur tous ses documents de communication la mention obligatoire « avec le soutien du Fonds d’insertion professionnelle de l’éstba financé par la Région Nouvelle-Aquitaine et la DRAC Nouvelle-Aquitaine ».