Libre arbitre

Durée 1h40
Salle Vauthier
31 janvier4 février
Théâtre
Durée 1h40
Salle Vauthier

> Nouveau ! séance à 14h le jeudi 2 fév.

Cette pièce est librement inspirée de la vie de Caster Semenya. Certaines scènes abordant la médicalisation du corps des personnes intersexes peuvent heurter la sensibilité de certaines personnes

Conception et écriture Julie Bertin et Léa GirardetCie LE GRAND CHELEM
Mise en scène Julie Bertin

Sur un plateau transformé en piste d’athlétisme, les spectateurs assistent au long combat d’une femme refusant que des taux de testostérone lui confisquent sa victoire. Et de sa vie.

« Elle ne le sait pas encore, mais dans 1 minute 55 secondes et 45 centièmes, elle sera accusée d’être un homme ». En 2009, lors des Championnats du monde d’athlétisme de Berlin, Caster Semenya, athlète sud-africaine, remporte le 800 m féminin sans discussion possible. Sauf que… les instances sportives et un test de féminité en décident autrement. Ses taux de testostérone la classent parmi les hommes, lui enlevant sa victoire et l’inscrivant dans la longue liste des femmes suspectes, car trop performantes. Julie Bertin et Léa Girardet s’emparent de ce fait sportif, puis du long combat juridique qui s’ensuit (et n’est toujours pas terminé) pour élaborer une pièce-enquête autour du corps féminin. Après avoir collaboré sur Le syndrome du banc de touche – où il était déjà question de femme et de sport – ce Libre arbitre s’écrit à quatre mains. Sur le plateau, uniquement des femmes-comédiennes : Léa Girardet, mais aussi Cléa Laizé, Juliette Speck et Julie Teuf. Elles jonglent entre les matériaux et privilégient l’adresse directe aux spectateurs. Recoupant témoignages de personnalités et parties prenantes de l’affaire, puisant dans les écrits d’Elsa Dorlin ou Paul B. Preciado, ce théâtre documenté, reconsidère le prisme par lequel est conté ce récit. Et répond à l’absolue nécessité d’une histoire non plus seulement écrite par les vainqueurs, mais portée par le clan des vaincu·es.

Avec
Léa Girardet
Cléa Laizé
Juliette Speck
Julie Teuf

Conception et écriture Julie Bertin et Léa Girardet
Mise en scène Julie Bertin
Collaboration artistique Gaia Singer
Scénographie et vidéo Pierre Nouvel
Son Lucas Lelièvre
Lumière Pascal Noël
Costumes Floriane Gaudin
Chorégraphie Julien Gallée-Ferré 
Administration et production Gwénaëlle Leyssieux et Juliette Thibault / Label Saison
Diffusion Séverine André LiebautScène 2 et Kelly Gowry / ACMÉ

Production Cie LE GRAND CHELEM et ACMÉ
Coproduction Réseau La Vie devant soi : Théâtre de Chevilly-Larue ; Théâtre Antoine Vitez – Scène d’Ivry ; Théâtre de Châtillon ; Théâtre Jean Vilar de Vitry-sur-Seine ; PIVO – Théâtre en territoire/Scène conventionnée ; Théâtre Dunois ; Le Quartz – Scène nationale de Brest ; Le Safran – Scène conventionnée d’Amiens Métropole ; L’entre deux – Scène de Lésigny
Accueil en résidence Théâtre de Chevilly-Larue ; spectacle créé avec le soutien du Théâtre 13/ Paris, dans le cadre d’une résidence de création ; Le CENTQUATREPARIS ; La Ville de Pantin (Salle Jacques Brel) ; Théâtre de Châtillon ; Le Safran – Scène conventionnée d’Amiens Métropole
Avec le soutien de la DRAC Ile-de-France, la Fondation Alice Milliat, le dispositif d’insertion de l’école du TNB
Avec la participation artistique du Jeune Théâtre National Projet lauréat du Réseau La Vie devant Soi 2020
Remerciements Anaïs Bohuon, Anne Schmitt, Claire Bouvattier, Laurence Brunet, Hermine Parker et le Collectif intersexes et allié.e.s-OII France.